Le projet RISQUES est un projet commun des trois institutions du Service de la culture du Canton du Valais, à savoir les Musées cantonaux (3 musées à Sion), les Archives de l’Etat du Valais (à Sion), et la Médiathèque Valais (4 sites Brigue, Sion, Martigny et St.-Maurice).

Le projet a pour thème « Les risques en milieu alpin » et se déroulera de juin à décembre 2018. 

Une exposition family-friendly dans l’espace d’exposition des Musées cantonaux présentera la thématique et comportera des éléments immersifs et participatifs. Des événements sont prévus dans tous les autres sites des institutions du Service de la culture. Deux partenaires externes, à savoir un colloque scientifique et un musée régional du Bas-Valais, traiteront aussi de la thématique. Une collaboration est prévue pour une communication commune.

Sur cette base, trois axes sont à approfondir :

1. Reconnaître les représentations que le public lambda se fait des « risques en milieu alpin » pour préciser la stratégie des réseaux sociaux. Pour cela il faut solliciter des focus groups et récolter leurs réponses afin de préciser des angles d’approche, des messages et des propositions d’interaction. 

2. Mobiliser les publics prioritaires ciblés, à savoir les personnes intéressées ou touchées par le risque alpin, les groupes familiaux ainsi que les spécialistes de la gestion du risque. Ceci peut être réalisé grâce :

a. Un accompagnement par un-e spécialiste des réseaux-sociaux.

b. Une identification des réseaux web et sociaux que consultent les publics ciblés.

c. Une identification des influenceurs parmi les publics ciblés, qui seront associés à la campagne marketing.

d. Une définition des actions à entreprendre sur les réseaux sociaux pour atteindre les publics ciblés.

 

3. Communiquer sur les réseaux sociaux sur un projet d’une telle complexité, n‘est pas évident :

a.  Sélectionner un seul focus et mobiliser le public avant, pendant et après le lancement de la campagne marketing en choisissant les canaux pertinents.

b. Collaborer avec une personnalité connue des publics ciblés pour toucher et sensibiliser les gens.

c. Créer une mascotte qui peut être le visage du projet.

d. Communiquer via une seule page commune sur chacun des réseaux sociaux choisis, en octroyant des droits d’administrateur aux spécialistes des réseaux sociaux de chaque institution du Service de la culture.